fbpx

Etudes et articles scientifiques sur l’effet Placebo 

Derniers Commentaires

Tags:

L’effet placebo, considéré comme un mystère de la médecine, est en train de se révéler sous un jour nouveau grâce à des recherches innovantes. Ces études, menées par des experts dans le domaine, explorent l’impact des placebos ouverts – des traitements où les patients sont pleinement conscients qu’ils ne reçoivent aucun médicament actif. Cette approche remet en question la notion traditionnelle selon laquelle l’efficacité du placebo repose sur la tromperie. Au lieu de cela, ces recherches suggèrent que la simple croyance dans le traitement, même lorsqu’on sait qu’il s’agit d’un placebo, peut déclencher des réponses physiologiques et psychologiques significatives.

Dans cet article, nous analyserons plusieurs études pour comprendre le phénomène de placebo. Ensemble, ces études et découvertes façonnent une nouvelle compréhension de l’effet placebo, non plus comme un simple effet secondaire de la tromperie, mais comme un potentiel outil puissant et légitime dans le traitement de diverses affections.

La prescription de placebo, une pratique déjà courante

“Prescribing “placebo treatments”: results of national survey of US internists and rheumatologists”

Une étude menée par les National Institutes of Health et publiée dans le British Medical Journal en 2008 a révélé des informations surprenantes sur les pratiques de prescription de nombreux rhumatologues et spécialistes de médecine interne. L’enquête, qui a impliqué près de 700 professionnels de la santé, a montré que plus de la moitié d’entre eux prescrivaient fréquemment des vitamines, des analgésiques en vente libre et d’autres traitements, non pas pour leur efficacité médicale directe, mais pour leur effet placebo. Ce qui est particulièrement intéressant, c’est que ces médecins ont tendance à ne pas révéler cette pratique à leurs patients, suggérant une utilisation discrète mais répandue de l’effet placebo dans la pratique médicale courante.

Le placebo ouvert dans le traitement du syndrome de l’intestin irritable

« Placebos without Deception: A Randomized Controlled Trial in Irritable Bowel Syndrome » par Kaptchuk TJ, Friedlander E, Kelley JM, et al.

L’étude menée par Kaptchuk TJ et son équipe a exploré le terrain fascinant de l’effet placebo, mais avec une torsion unique : les patients savaient qu’ils prenaient un placebo.

C’est une approche qui défie notre compréhension traditionnelle de l’effet placebo, où l’on pense généralement que les patients doivent être dans l’ignorance du fait qu’ils prennent un traitement non actif pour ressentir une amélioration. Cependant, les résultats de cette étude suggèrent tout le contraire.

Concentrons-nous sur quelques chiffres pour mettre les choses en perspective. Les chercheurs ont travaillé avec un groupe de 80 patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable (SII). Ces patients ont été divisés en deux groupes : un groupe placebo et un groupe sans traitement.

Les patients du groupe placebo étaient pleinement conscients qu’ils prenaient des pilules sans ingrédients actifs, mais on leur a expliqué que les placebos avaient souvent des effets thérapeutiques à travers des mécanismes d’auto-guérison du corps. Après trois semaines de traitement, une impressionnante proportion de 59% des patients prenant le placebo ouvertement ont signalé une amélioration de leurs symptômes. Pour mettre cela en contexte, ce taux d’amélioration est comparable à celui observé dans de nombreux essais cliniques de médicaments standards.

Comparativement, seulement 35% des patients du groupe sans traitement ont signalé une amélioration, ce qui souligne l’impact significatif que le placebo a eu, même lorsque les patients savaient qu’ils prenaient une pilule inactive.

Ces chiffres jettent une lumière nouvelle sur la puissance de l’effet placebo et remettent en question l’idée qu’il faut tromper les patients pour obtenir des avantages thérapeutiques du placebo. Ils suggèrent que la compréhension et l’acceptation du placebo par les patients peuvent jouer un rôle très important dans la manière dont ils expérimentent les symptômes et répondent au traitement.

Cette étude ouvre des portes à de nouvelles manières d’aborder le traitement, en mettant l’accent sur le potentiel de l’effet placebo, même dans des situations où les patients sont pleinement conscients qu’ils prennent un traitement non actif. Cela pourrait avoir d’énormes implications pour la manière dont nous concevons des traitements à l’avenir, en exploitant le pouvoir de l’esprit pour améliorer le bien-être des patients.

Le placebo ouvert dans les douleurs du bas du dos

« Open-label placebo treatment in chronic low back pain: a randomized controlled trial » par Carvalho et al.

L’étude s’appuie de nouveau sur l’effet placebo ouvert.

L’étude a réuni un groupe de 97 adultes souffrant de douleurs lombaires chroniques, un problème qui touche des millions de personnes dans le monde et qui peut sérieusement compromettre la qualité de vie. Ces volontaires ont été divisés en deux groupes : un groupe qui a reçu un traitement placebo ouvertement, et un autre qui n’a reçu aucun traitement supplémentaire.

Après trois semaines de traitement, le groupe placebo a montré une réduction impressionnante de 30% dans leur évaluation globale de la douleur et une amélioration de 29% de leur capacité à faire face à la douleur au quotidien. C’est comme si leur cerveau avait appuyé sur un interrupteur de soulagement de la douleur, tout en sachant parfaitement qu’il n’y avait pas de médicament réel en jeu.

Dans le groupe témoin, les améliorations étaient beaucoup moins prononcées, avec une réduction de 9% de l’évaluation globale de la douleur et une amélioration de 16% de la capacité à gérer la douleur. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes, montrant clairement que même lorsque les patients savent qu’ils prennent un placebo, leur corps peut répondre de manière positive.

Les auteurs de l’étude suggèrent que cet effet pourrait être dû à la puissance des attentes et de la routine du traitement, soulignant que notre esprit joue un rôle crucial dans la manière dont nous expérimentons la douleur.

En fin de compte, cette étude n’est pas seulement une histoire sur l’effet placebo. C’est une histoire sur le potentiel inexploité de l’esprit humain et sur la manière dont la compréhension de ces mécanismes pourrait ouvrir de nouvelles voies pour traiter les affections chroniques, en changeant notre perspective de la douleur et du traitement.

Le placebo ouvert associé au conditionnement du patient

“Conditioning open-label placebo: a pilot pharmacobehavioral approach for opioid dose reduction and pain control” par Morales-Quezada et al.

Dans une approche innovante pour étudier les placebos ouverts, Morales-Quezada a combiné ces derniers avec des traitements actifs dans ses recherches sur les opioïdes. Cette méthode vise à entraîner le cerveau à associer le placebo à un effet thérapeutique, similairement à l’expérience du chien de Pavlov. Dans cette expérience, un chien apprend à associer le son d’une cloche à la nourriture, et commence à saliver à chaque fois qu’il entend la cloche, même en l’absence de nourriture.

Dans une étude préliminaire menée par Morales-Quezada, vingt patients hospitalisés pour des blessures graves ont été sélectionnés au hasard pour recevoir soit des placebos ouverts, soit leur traitement opioïde habituel. Après six jours, les chercheurs ont observé que la consommation d’opioïdes est restée stable chez les patients sous traitement habituel, mais a diminué de 66 % chez ceux qui prenaient des placebos, selon les résultats publiés dans la revue Pain Reports.

Le placebo ouvert pour réduire la dépendance aux analgésiques opioïdes

“Conditioned open-label placebo for opioid reduction after spine surgery: a randomized controlled trial”

Dans une étude récente publiée dans la revue Pain, 51 patients ayant subi une chirurgie de la colonne vertébrale ont été aléatoirement sélectionnés pour participer à une expérience unique. Ils ont été divisés en deux groupes : le premier groupe a reçu des placebos ouverts en complément de leurs analgésiques habituels, tandis que le second groupe a continué avec leur traitement standard d’analgésiques, les deux groupes ayant la possibilité d’utiliser des opioïdes si nécessaire.

L’étude, qui s’est déroulée sur deux semaines, a révélé des résultats remarquables. Le groupe recevant les placebos ouverts a réduit sa consommation d’opioïdes de 30 % par rapport au groupe témoin. Plus intéressant encore, ce groupe n’a pas signalé de niveaux de douleur plus élevés malgré la diminution de l’utilisation d’opioïdes. Ces résultats suggèrent que l’ajout de placebos ouverts à un traitement standard peut être une stratégie efficace pour réduire la dépendance aux opioïdes sans augmenter la douleur des patients.

L’étonnante efficacité des placebos ouverts

“Effects of open-label placebos in clinical trials: a systematic review and meta-analysis” par Melina von Wernsdorff, Martin Loef, Brunna Tuschen-Caffier & Stefan Schmidt

Jusqu’à présent, la plupart des études menées sur les placebos ouverts n’étaient pas très vastes. Cependant, les données commencent à s’accumuler, montrant des résultats prometteurs. Une étude approfondie publiée l’année dernière dans la revue Scientific Reports a examiné 13 études impliquant près de 800 participants. Cette analyse a révélé que les placebos ouverts avaient un impact positif notable. Il est important de noter que dans les premières phases de recherche dans n’importe quel domaine, les études montrant des résultats positifs ont tendance à être publiées plus fréquemment que celles qui ne soutiennent pas l’efficacité de la méthode testée. Malgré cela, l’efficacité surprenante des placebos ouverts suscite l’intérêt de nombreux professionnels de la santé.

Les patients ouverts à expérimenter ce phénomène

“Patient attitudes about the clinical use of placebo: qualitative perspectives from a telephone survey”

Dans une étude réalisée en 2016 par les National Institutes of Health et l’association Kaiser Permanente, il a été découvert que la majorité des patients sont réceptifs à l’utilisation de placebos ouverts dans leur traitement. Sur les 850 personnes interrogées, environ 85 % ont indiqué qu’elles seraient prêtes à utiliser des placebos ouverts dans des situations où leur santé n’est pas en danger immédiat et où il n’existe pas d’autres traitements efficaces. Cette ouverture à l’utilisation de placebos ouverts est particulièrement pertinente pour des produits comme LePlacebo, le premier comprimé placebo ouvert. LePlacebo joue un rôle crucial en offrant une alternative de traitement pour ceux qui cherchent des solutions non médicamenteuses ou complémentaires, en particulier dans les cas où les options de traitement traditionnelles sont limitées ou chères. Ce comprimé, en tant que placebo ouvert, est conçu pour exploiter l’effet placebo – le phénomène psychologique où les patients ressentent une amélioration de leur état simplement parce qu’ils croient qu’ils reçoivent un traitement efficace, même si le comprimé ne contient aucun principe actif médicamenteux.

Conclusion

Les recherches récentes sur l’effet placebo, en particulier les placebos ouverts, révolutionnent notre compréhension de la médecine et du pouvoir de l’esprit humain. Ces études démontrent que même en l’absence de médicaments actifs, la croyance en un traitement peut déclencher des réponses physiologiques et psychologiques bénéfiques. Cette découverte remet en question les idées traditionnelles sur l’effet placebo et ouvre la voie à des approches thérapeutiques plus holistiques et centrées sur le patient.

L’acceptation croissante des placebos ouverts par les patients et les professionnels de la santé souligne un changement significatif dans la manière dont nous envisageons le traitement et la guérison. Cela suggère que les médecins pourraient, à l’avenir, utiliser des placebos ouverts de manière plus transparente et éthique, en reconnaissant leur potentiel thérapeutique.

En fin de compte, ces découvertes soulignent l’importance de la relation entre l’esprit et le corps et la nécessité de traiter les patients de manière holistique, en tenant compte non seulement de leur santé physique, mais aussi de leur état psychologique et émotionnel. L’effet placebo, loin d’être un simple artifice, devient un outil essentiel pour améliorer le bien-être des patients, offrant de nouvelles perspectives passionnantes dans le domaine de la médecine moderne.

Categories

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *