fbpx

Les plus grand scandales de l’industrie pharmaceutique

Derniers Commentaires

Tags:

L’ombre sur l’industrie pharmaceutique

L’industrie pharmaceutique est souvent perçue comme une force motrice derrière des innovations médicales qui sauvent des vies et améliorent la qualité de vie. Cependant, tout comme d’autres industries puissantes, elle n’est pas exempte de controverses et de moments sombres.

L’équilibre entre la recherche de profits et le devoir éthique envers les patients a parfois été mal géré, conduisant à des scandales qui ont ébranlé la confiance du public et ont eu des répercussions dévastatrices pour de nombreuses vies.

Ce document vise à mettre en lumière dix des plus grands scandales de l’industrie pharmaceutique, en examinant le contexte, les implications directes des entreprises pharmaceutiques, les conséquences chiffrées et les sanctions prises.

La crise des opiacés

Les opiacés, à l’origine, étaient commercialisés comme une solution miracle à la douleur chronique. Au cours des années 1990 et 2000, la demande pour ces médicaments a augmenté de manière exponentielle, principalement aux États-Unis. Ils étaient considérés comme ayant un faible potentiel d’abus et de nombreux professionnels de santé ont été assurés de leur innocuité par les laboratoires.

Plusieurs laboratoires pharmaceutiques majeurs ont joué un rôle prépondérant dans cette crise. Purdue Pharma, par exemple, a été particulièrement critiqué pour sa commercialisation agressive d’OxyContin. Des documents ont révélé que l’entreprise était consciente du potentiel addictif du médicament, mais a délibérément choisi de minimiser ces risques dans ses campagnes marketing. D’autres entreprises, comme Johnson & Johnson, ont été accusées de fournir des matières premières aux fabricants d’opiacés tout en connaissant les dangers potentiels.

Conséquences chiffrées:

  • Décès: Entre 1999 et 2019, près de 500 000 personnes sont décédées d’une overdose liée aux opiacés aux États-Unis.
  • Coûts économiques: La crise des opiacés a coûté à l’économie américaine plus de 2,5 trillions de dollars sur quatre ans, de 2015 à 2018. Ces coûts comprennent les soins de santé, la perte de productivité, l’addiction et les coûts judiciaires.
  • Consommation: En 2012, les médecins ont prescrit suffisamment d’opiacés pour fournir à chaque adulte américain une bouteille entière de pilules.

Face à l’ampleur de la crise, les autorités ont pris des mesures drastiques contre les entreprises incriminées. Purdue Pharma a plaidé coupable en 2007 pour tromperie dans la publicité et a été condamné à payer 600 millions de dollars d’amende. En 2019, la même entreprise a proposé de régler une action collective pour 10 à 12 milliards de dollars. Johnson & Johnson, quant à elle, a été condamnée à payer 572 millions de dollars dans l’Oklahoma pour son rôle dans la crise.

En plus des sanctions financières, ces affaires ont entraîné un durcissement de la réglementation autour de la prescription et de la commercialisation des opiacés, et ont sensibilisé le public à la question de la dépendance aux médicaments sur ordonnance.

Le Thalidomide

Le thalidomide a été introduit dans les années 1950 comme un médicament pour combattre l’insomnie et les nausées, particulièrement chez les femmes enceintes. Il a été largement commercialisé dans plusieurs pays sous diverses marques.

Le laboratoire allemand Chemie Grünenthal a développé et distribué le thalidomide, le présentant comme sûr et sans toxicité connue. D’autres sociétés ont également commercialisé le médicament sous licence dans d’autres régions.

Conséquences chiffrées:

  • Naissances affectées: Environ 10 000 à 12 000 enfants sont nés avec des malformations des membres, en particulier des bras et des jambes, dans les pays où le médicament était disponible.
  • Mortalité: On estime que 40% des enfants affectés sont décédés avant leur premier anniversaire.

Chemie Grünenthal a été poursuivi en Allemagne et a accepté de payer des dommages et intérêts à de nombreuses familles. En 2012, la société a officiellement présenté ses excuses pour les torts causés par le médicament.

Des antipsychotiques atypiques pour des enfants

Les antipsychotiques atypiques, développés initialement pour traiter des troubles comme la schizophrénie chez les adultes, ont commencé à être prescrits de manière controversée pour des enfants pour des indications non approuvées.

Des entreprises telles qu’AstraZeneca (avec le Seroquel) et Eli Lilly (avec le Zyprexa) ont fait l’objet d’enquêtes pour avoir potentiellement encouragé la prescription de ces médicaments pour des indications non validées chez les enfants.

La prescription d’antipsychotiques atypiques chez les enfants et adolescents a considérablement augmenté durant les années 2000.

Ces médicaments ont été associés à des effets secondaires significatifs, notamment la prise de poids, l’augmentation du risque de diabète, et des perturbations métaboliques.

Eli Lilly a accepté de payer plus de 1,4 milliard de dollars en 2009 pour résoudre les allégations autour de la promotion inappropriée du Zyprexa. AstraZeneca a également fait face à des poursuites et a accepté de payer des centaines de millions pour résoudre des allégations similaires concernant le Seroquel.

Manipulation des prix des médicaments

L’industrie pharmaceutique a été régulièrement mise en lumière pour des pratiques de fixation des prix des médicaments qui rendent certains traitements inaccessibles à de nombreux patients, malgré le coût relativement faible de production de ces médicaments.

Des entreprises telles que Turing Pharmaceuticals ont été critiquées pour avoir augmenté drastiquement le prix de médicaments essentiels. Turing, par exemple, sous la direction de Martin Shkreli, a augmenté le prix du Daraprim, un médicament utilisé pour traiter une infection parasitaire potentiellement mortelle.

Conséquences chiffrées:

  • Le prix du Daraprim est passé de 13,50 $ à 750 $ par pilule presque du jour au lendemain.
  • Cette hausse de prix a suscité des inquiétudes quant à la capacité des hôpitaux et des patients à se procurer le médicament, ce qui pourrait mettre la vie de certains en danger.

Martin Shkreli a été condamné en 2017 pour fraude en matière de valeurs mobilières dans une affaire distincte, mais son comportement lors de la fixation des prix a attiré une attention significative sur les pratiques de tarification de l’industrie. Bien que la manipulation des prix elle-même ne soit pas illégale, elle a conduit à des appels à une réglementation plus stricte des prix des médicaments.

Falsification des données d’essais cliniques

Les essais cliniques sont la pierre angulaire de l’approbation des médicaments. Cependant, il y a eu des cas où des entreprises pharmaceutiques ont été découvertes falsifiant des données pour obtenir une approbation.

Roche, par exemple, a été critiqué pour ne pas avoir partagé toutes les données sur l’efficacité de son médicament antigrippal, Tamiflu. Dans un autre cas notable, le géant pharmaceutique japonais, Daiichi Sankyo, a admis que des employés de sa filiale Ranbaxy avaient falsifié des données pour obtenir l’approbation de médicaments génériques aux États-Unis.

L’approbation de médicaments basée sur des données faussées met potentiellement en danger des millions de patients qui font confiance à l’efficacité et à la sécurité des médicaments prescrits.

Les gouvernements et les organismes de santé publique ont dépensé des milliards en stocks de médicaments, comme le Tamiflu, dont l’efficacité était contestée.

En 2013, Ranbaxy a accepté de payer 500 millions de dollars pour régler des allégations de fabrication et de vente de médicaments génériques de qualité inférieure et pour avoir falsifié des données cliniques. De tels scandales ont conduit à des appels pour une plus grande transparence et des contrôles plus stricts des essais cliniques.

Promotion hors AMM

La promotion hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) fait référence à la pratique par laquelle les entreprises pharmaceutiques commercialisent ou recommandent leurs médicaments pour des usages non approuvés par les autorités réglementaires.

Certains laboratoires pharmaceutiques ont été accusés de promouvoir activement des médicaments pour des indications non validées, en s’appuyant parfois sur des données cliniques insuffisantes ou biaisées.

En 2012, GlaxoSmithKline (GSK) a accepté de payer 3 milliards de dollars pour résoudre des allégations fédérales selon lesquelles la société aurait promu des médicaments hors AMM et omis de déclarer certaines informations sur la sécurité des médicaments.

Le cas du Vioxx

Le Vioxx (rofécoxib) était un médicament anti-inflammatoire non stéroïdien (AINS) produit par Merck & Co, destiné à traiter la douleur et l’inflammation. Mis sur le marché en 1999, il a été largement prescrit comme alternative aux analgésiques traditionnels.

Après plusieurs années sur le marché, des preuves ont émergé montrant que Vioxx augmentait le risque d’événements cardiovasculaires, notamment des crises cardiaques et des accidents vasculaires cérébraux. Bien que certains aient allégué que Merck était au courant de ces risques, le médicament n’a été retiré du marché qu’en 2004.

On estime que le Vioxx pourrait avoir contribué à environ 27 000 crises cardiaques et décès dus à des arrêts cardiaques entre 1999 et 2003.

En 2007, après des milliers de poursuites intentées par des patients, Merck a accepté de payer 4,85 milliards de dollars pour régler la majorité de ces cas. Cela en fait l’un des plus grands règlements de l’histoire pharmaceutique.

Cachetage des effets secondaires

La sécurité des patients dépend de l’information complète sur les effets secondaires des médicaments. Dans certains cas, ces informations ont été dissimulées ou minimisées.

Eli Lilly, par exemple,  a été critiqué pour avoir minimisé les risques associés à l’antipsychotique Zyprexa, en particulier le risque de diabète.

En 2009, Eli Lilly a accepté de payer 1,42 milliard de dollars pour régler des allégations criminelles et civiles concernant la promotion hors AMM de Zyprexa et la minimisation des risques.

Publicité directe aux consommateurs

Dans certains pays, les laboratoires pharmaceutiques sont autorisés à faire de la publicité directe aux consommateurs, posant des questions éthiques sur l’influence des entreprises sur les décisions médicales des patients.

Bien que la publicité directe aux consommateurs soit légale aux États-Unis, des entreprises comme Pfizer ont été critiquées pour la promotion de médicaments comme le Lipitor avec des réclamations potentiellement trompeuses.

La demande accrue des patients influencés par la publicité a conduit à des prescriptions inutiles ou inadaptées. Cela a contribué à l’augmentation des coûts des soins de santé due à la consommation excessive de médicaments.

En 2009, Pfizer a accepté de payer 2,3 milliards de dollars pour régler des allégations de marketing illégal concernant plusieurs médicaments, dont le Lipitor.

Pour une industrie pharmaceutique plus transparente et éthique

Il est essentiel de reconnaître que, bien que ces scandales aient causé une immense détresse, l’industrie pharmaceutique a également produit d’innombrables médicaments salvateurs qui ont sauvé et amélioré la vie de millions de personnes.

Ces scandales mettent en évidence la nécessité d’une réglementation stricte et d’une surveillance continue de l’industrie. Ils montrent également l’importance de la transparence, de l’éthique et de la responsabilité pour les entreprises pharmaceutiques.

L’avenir doit être axé sur la création d’une industrie plus transparente, responsable et centrée sur le patient. Les leçons tirées de ces scandales peuvent guider les régulateurs, les chercheurs et les professionnels de santé vers des pratiques plus sûres et plus éthiques.

Aucun commentaire pour l'instant. Soyez le premier à réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *